INAUGURATION


La galerie a été inauguré par Monsieur Paul Boglio et son Excellence Monsieur François Gouyette Ambassadeur de France en Tunisie, au 65e anniversaire de décès d'Alexandre Roubtzoff à Tunis le 26 novembre 1949. Cette inauguration a été rehaussée par la présence d’imminentes personnalités de l’art et de la culture en l’occurrence son excellence Mourad SAKLI Ministre Tunisien de la Culture.


LES 3 DISCOURS DE L'INAUGURATION

SEIF CHAOUCH


Bonjour à Tous,


C'est notre grande passion pour l'art qui nous a conduit moi et ma fille Sabrine à fonder cette Galerie d'Art contemporain à la Marsa. Un rêve réalisé qui permettra de découvrir les nouveaux talents dans les arts plastiques.


Cet espace dédié à l'art porte le nom d'Alexandre Roubtzoff car cet artiste mérite largement d'avoir un espace en son nom.

D'abord parce que le nom d'Alexandre Roubtzoff, est intimement lié à l'histoire de l'Art en Tunisie!

Il avait un grand talent et était très attaché à la Tunisie qu'il considérait comme sa nouvelle patrie, de plus il nous a laissé un patrimoine pictural très important.


Nous la famille Chaouch, remercions vivement Monsieur Paul Boglio, et Monsieur Jacques Perez, pour nous avoir encouragé à créer cet espace culturel au nom d'Alexandre Roubtzoff.

Alexandre Roubtzoff est né le 24 janvier 1884 à Saint-Pétersbourg, il décédé le 26 novembre 1949 à Tunis.


Le 26 novembre 2014, correspond au 65e anniversaire de sa disparition.

C'est en sa mémoire que cet espace dédié à l'art et aux artistes sera inauguré aujourd'hui le 26 novembre 2014.


PAUL BOGLIO


C’est avec une vive et profonde émotion que je reviens aujourd’hui sur la terre qui m’a vu naître, la Tunisie, afin d’honorer la mémoire d’Alexandre Roubtzoff, dans son pays d’accueil et d’élection, où il a accompli la majeure partie de son œuvre, lui qui se disait « je suis Français né en Russie ».

Ma famille et moi-même avons eu le devoir de perpétuer le souvenir d’Alexandre Roubtzoff et de défendre son art au travers de l’Association Artistique que j’ai créée voilà plus de trente ans.

Le hasard a voulu qu’en 2010 je suis arrivé à Tunis le 26 novembre, pour la sortie du livre de Jacques Pérez « La Médina de Tunis et Alexandre Roubtzoff » et l’exposition qui s’ensuivit à la Maison des Arts du Belvédère, organisée par le Ministère de la Culture et de la Sauvegarde du Patrimoine ainsi que par l’Ambassade de France via l’Institut Français de Tunisie.

Et aujourd’hui, 26 novembre 2014, je reviens pour inaugurer cette galerie d’Art baptisée: La Galerie Alexandre Roubtzoff.

La coïncidence est d’autant plus émouvante que le 26 novembre est la date anniversaire du décès d’Alexandre, parti trop tôt en 1949 à l’âge de 65 ans.

Cher Monsieur Chaouch, Chère Mademoiselle Chaouch, merci de contribuer à perpétuer la mémoire de notre cher Alexandre.

Vous avez eu le courage et la persévérance nécessaires pour enfin réaliser votre rêve en créant votre propre galerie d’art.

Peut-être qu’un jour le nom d’Alexandre Roubtzoff désignera-t-il aussi une place, une avenue, une rue???

Il a tellement aimé votre beau pays.

Je vous remercie pour votre attention.



JACQUES PÉREZ


ALEXANDRE ROUBTZOFF

Le retour

La vie serait-elle faite de hasards et de coïncidences qui pourraient nous laisser croire que nous vivons sous la coupe d'une force supérieure ?

Nous sommes ici ce soir pour célébrer Alexandre Roubtzoff, qui ne nous a jamais quitté, puisqu'il repose à quelques jets de pierre d'ici, au cimetière du Borgel depuis le 26 novembre 1949, il y a tout juste soixante cinq ans.

Etrange histoire que celle de cet artiste, étrange histoire posthume aussi, toutes deux placées sous le signe de la Révolution avec un R majuscule, qui de loin en loin semble baliser son parcours.

Voyons un peu.

Alexandre Roubtzoff quitte la Russie en 1912, traverse la France et l'Espagne, s'arrête à Tanger au Maroc où il apprend que la lumière de Tunisie conviendrait à sa peinture. Il arrive à Tunis le 1° avril 1914. Trois années plus tard la révolution russe l'éloigne à tout jamais de sa patrie et de son univers aristocratique.

Alexandre Routzoff revient à Tunis près d'un siècle plus tard, à la faveur d'une grande exposition de ses dessins de la Médina de Tunis organisée par le Ministère de la culture et de la communication de Tunisie et l'Institut français de Tunis, à l'occasion de la parution de l'ouvrage édité par « Dunes Editions Tunis » et intitulé « La Médina de Tunis et Alexandre Roubtzoff ».

Cette fois il précède une nouvelle révolution, celle qui éclate en Tunisie le 14 janvier 2011, soit quelques jours après la clôture de l'exposition.

Quelques soubresauts plus tard qui ont bien secoué le pays, le calme est apparemment revenu et une belle galerie d'art qui porte le nom d'Alexandre Roubtzoff ouvre ses portes et rend ainsi hommage à l'artiste qui a su comme personne voir, je dis bien voir, jusqu'à l'obsession cette Tunisie qu'il a faite sienne. Merci Alexandre.

Il faut aussi évoquer un autre fait marquant de l'histoire de l'art de Tunisie, c'est l'arrivée à Tunis de trois immenses artistes du vingtième siècle, Paul Klee,Auguste Macke et Louis Moilliet, le 6 avril 1914 soit quelques jours après celle d'Alexandre Roubtzoff. Encore une coïncidence. Et comme il est écrit dans la préface du livre « La Médina de Tunis et Alexandre Roubtzoff » : « Une bonne étoile illumine le ciel de Tunis ». Et enfin dernier signe étrange du destin, deux jours après l'inauguration de la Galerie Alexandre Roubtzoff à La Marsa le 26 novembre 2014, une exceptionnelle exposition consacrée au « Voyage en Tunisie » de Klee, Macke et Moilliet, est présentée le 28 novembre 2014 au Musée du Bardo. « Vous avez dit bizarre ? ».

Jacques Pérez La Marsa 26 novembre 2014