Oeuvre N° 65 consultée 178 fois

Malek SAADALLAH (1983)
  • Sans Titre
  • Technique Mixte sur toile
  • 120 x 77 cm (hors cadre)
  • Datée 2017

Provenance
Collection privée

Visibilité - Livraison
  • L'oeuvre est visible au siège de Marsa Enchères au 12, rue Imam Abou Hanifa. 2070. La Marsa.
  • La livraison des oeuvres vendues se fait impérativement à notre siège PLAN DE SITUATION.

Biographie
Malek SAADALLAH (1983)
Malek Saadallah (né en 1983) artiste peintre diplômé en infographie. Il a aussi suivi des cours d'arts plastiques au Centre Dante Alighieri, au CAV Radés et au CN de céramique Sidi Kacem Jellizi. Il a participé à plusieurs expos collectives en Tunisie et en France. Après "Charme noir" (Tozeur 1999) et "Illusion" (Bel Art 2012), "GRAF-FUTUR trip!" à El Teatro-Aire libre (2015) était sa troisième expo perso. Avec une verve insatiable et dans une veine automatique, il n'arrête pas de dessiner sur tout papier qu'il croise. Il ne fallait pas trop le pousser pour qu'il plonge dans le grand bain et canalise son talent graphique dans une vision du monde surréaliste où l'homme, cet insecte besogneux, s'échine à détruire tout le beau autour de lui. Les créatures qu'il développe, bien qu'en perte d'humanité, restent fréquentables de part leurs attitudes joviales et leurs couleurs chatoyantes. Malek Saadallah est un grand enfant qui s'amuse à se faire peur, à titiller nos émotions... loin de tout désespoir ! En ce printemps 2017, il nous revient, à la Maison des Arts du Belvédère, après deux années où il a participé à plusieurs rencontres internationales dont AL MAKEN (Sidi Bou Said 2015) et séjourné 12 mois en tant qu’artiste boursier au CAV Radès, avec une exposition de peintures qu’il a intitulé Auto-mut. Oui, c’est le fruit d’une mutation intérieure que Malek Saadallah nous présente. Ce bon vivant, cet oiseau nocturne, a su confiner ses angoisses, apaiser son cogito tiraillé et bien cerner son univers. Ses nouvelles créatures sont beaucoup plus mammifères et humanoïdes, dans leurs postures et attitudes. Ces mutants nous sont beaucoup plus sympathiques que ses anciens “graf-futuristes”, de par leurs formes bien délimitées par des masses de couleurs agréables et lumineuses. L’œil ne se perd plus à repérer les personnages, ils sont là imposants par leur présence. Et c’est à l’intérieur qu’on va chercher le sens de leur quête. En ajoutant des collages de journaux et magazines à son délire graphique, il ancre son bestiaire dans un ici et maintenant, réaliste, bien qu’issu d’un imaginaire surréaliste ! Et quand il avance que... “ L’art est une embuscade... Il faut savoir être un esquiveur pour la contourner !”, il s’affirme et affirme sa démarche conceptuelle et contemporaine où la peinture est une “cosa mentale” ! Et encore paradoxalement, la clarté de sa nouvelle approche, est porteuse de sérénité et d’optimisme ! Il s’est libéré, il sait voler et pour notre grand plaisir, il nous envole avec lui, comme il le dit si bien... “ Quand je peins je me libère . Le Moi devient un étranger , je déploie mes ailes et je m'envole... “!Mahmoud Chalbi
FIN D'ENCHÈRES HEURE TUNISIENNE
2018-05-31 00:08:00CET

Estimation: 1800 0 TND
NON VENDU
0.000 TND
0.00 0.00 $

PRIX DE RÉSERVE NON ATTEINT

HISTORIQUE (0 ENCHÈRES)

Tous les horaires sont en CET
Provenance
Collection privée

Visibilité - Livraison
  • L'oeuvre est visible au siège de Marsa Enchères au 12, rue Imam Abou Hanifa. 2070. La Marsa.
  • La livraison des oeuvres vendues se fait impérativement à notre siège PLAN DE SITUATION.

Biographie
Malek SAADALLAH (1983)
Malek Saadallah (né en 1983) artiste peintre diplômé en infographie. Il a aussi suivi des cours d'arts plastiques au Centre Dante Alighieri, au CAV Radés et au CN de céramique Sidi Kacem Jellizi. Il a participé à plusieurs expos collectives en Tunisie et en France. Après "Charme noir" (Tozeur 1999) et "Illusion" (Bel Art 2012), "GRAF-FUTUR trip!" à El Teatro-Aire libre (2015) était sa troisième expo perso. Avec une verve insatiable et dans une veine automatique, il n'arrête pas de dessiner sur tout papier qu'il croise. Il ne fallait pas trop le pousser pour qu'il plonge dans le grand bain et canalise son talent graphique dans une vision du monde surréaliste où l'homme, cet insecte besogneux, s'échine à détruire tout le beau autour de lui. Les créatures qu'il développe, bien qu'en perte d'humanité, restent fréquentables de part leurs attitudes joviales et leurs couleurs chatoyantes. Malek Saadallah est un grand enfant qui s'amuse à se faire peur, à titiller nos émotions... loin de tout désespoir ! En ce printemps 2017, il nous revient, à la Maison des Arts du Belvédère, après deux années où il a participé à plusieurs rencontres internationales dont AL MAKEN (Sidi Bou Said 2015) et séjourné 12 mois en tant qu’artiste boursier au CAV Radès, avec une exposition de peintures qu’il a intitulé Auto-mut. Oui, c’est le fruit d’une mutation intérieure que Malek Saadallah nous présente. Ce bon vivant, cet oiseau nocturne, a su confiner ses angoisses, apaiser son cogito tiraillé et bien cerner son univers. Ses nouvelles créatures sont beaucoup plus mammifères et humanoïdes, dans leurs postures et attitudes. Ces mutants nous sont beaucoup plus sympathiques que ses anciens “graf-futuristes”, de par leurs formes bien délimitées par des masses de couleurs agréables et lumineuses. L’œil ne se perd plus à repérer les personnages, ils sont là imposants par leur présence. Et c’est à l’intérieur qu’on va chercher le sens de leur quête. En ajoutant des collages de journaux et magazines à son délire graphique, il ancre son bestiaire dans un ici et maintenant, réaliste, bien qu’issu d’un imaginaire surréaliste ! Et quand il avance que... “ L’art est une embuscade... Il faut savoir être un esquiveur pour la contourner !”, il s’affirme et affirme sa démarche conceptuelle et contemporaine où la peinture est une “cosa mentale” ! Et encore paradoxalement, la clarté de sa nouvelle approche, est porteuse de sérénité et d’optimisme ! Il s’est libéré, il sait voler et pour notre grand plaisir, il nous envole avec lui, comme il le dit si bien... “ Quand je peins je me libère . Le Moi devient un étranger , je déploie mes ailes et je m'envole... “!Mahmoud Chalbi