Oeuvre N° 13 consultée 561 fois

Houda RAJAB (1976)
  • Orme
  • Tapisserie Laine
  • 140 x 150 cm (hors cadre)
  • SBD.

Provenance
Collection Privée

Visibilité - Livraison
  • L'oeuvre est visible au siège de Marsa Enchères au 12, rue Imam Abou Hanifa. 2070. La Marsa.
  • La livraison des oeuvres vendues se fait impérativement à notre siège PLAN DE SITUATION.

Biographie
Houda RAJAB (1976)
C'est une artiste plasticienne, diplômée de l'Institut Supérieure des Beaux-Arts de Tunis où elle est assistante. Elle est Secrétaire générale de la fédération tunisienne des arts plastiques et Formatrice en tissage traditionnel et artistique. Elle est née à Monastir d’une mère tapissière et a grandi entourée de personnes passionnées de tissage. Houda est l’une des rares artistes de la tapisserie tunisienne contemporaine, attirée dès ses débuts à l’école des beaux arts, par ce médium qui à la fois si familier pour elle, et tellement mystérieux. Elle a dès lors choisi de s’exprimer avec des fils et des couleurs. Ses œuvres comportent de joyeuses compositions d’un style graphique. Les contrastes dans ses réalisations de grands formats, apprennent à se côtoyer intimement. Les lignes et les courbes se croisent dans une infinité de rendez-vous délinées sur la trame. L’artiste inscrit de ses gestes vigoureux, le destin de ces tracés. Son œuvre est une étoffe de sensations où les couleurs s’expriment ensemble dans une harmonie musicale. Elle utilise le coton, la laine, la soie...,des cordes tortueuses sous des mains d’habileté amoureuses. Les éléments qui structurent l'œuvre ne sont plus de l'ordre du relief mais de la surface et de la "platitude" de la texture et de sa mise en œuvre graphique et chromatique. Les graphismes semblent être inspirés par la calligraphie arabe mais qui n'atteignent jamais la plénitude de ses formes et de ses sens. Le recours à l'arabesque s'arrête aux portes du mouvement et se maintiennent au niveau d'un geste primaire de cercles de segments de droit de points de courbes qui pullulent et se multiplient en signes cabalistiques et en mouvements curviligne et très difficile en tapisserie. Houda est sincèrement comme l'a décrit Houcine Tlili : « Gardienne du temple d’un art qui se fait concrètement, mais qui traverse des heures difficiles. Elle défend un métier ardu enraciné dans la matière » Elle a eu beaucoup d'expositions personnelles et collectives, depuis 2003, en Tunisie, au Koweit, et à l'Alexandrie.
FIN D'ENCHÈRES HEURE TUNISIENNE
2018-11-14 21:36:00CET

Estimation: 3800 / 4000 TND
NON VENDU
0.000 TND
0.00 0.00 $

PRIX DE RÉSERVE NON ATTEINT

HISTORIQUE (0 ENCHÈRES)

Tous les horaires sont en CET
Provenance
Collection Privée

Visibilité - Livraison
  • L'oeuvre est visible au siège de Marsa Enchères au 12, rue Imam Abou Hanifa. 2070. La Marsa.
  • La livraison des oeuvres vendues se fait impérativement à notre siège PLAN DE SITUATION.

Biographie
Houda RAJAB (1976)
C'est une artiste plasticienne, diplômée de l'Institut Supérieure des Beaux-Arts de Tunis où elle est assistante. Elle est Secrétaire générale de la fédération tunisienne des arts plastiques et Formatrice en tissage traditionnel et artistique. Elle est née à Monastir d’une mère tapissière et a grandi entourée de personnes passionnées de tissage. Houda est l’une des rares artistes de la tapisserie tunisienne contemporaine, attirée dès ses débuts à l’école des beaux arts, par ce médium qui à la fois si familier pour elle, et tellement mystérieux. Elle a dès lors choisi de s’exprimer avec des fils et des couleurs. Ses œuvres comportent de joyeuses compositions d’un style graphique. Les contrastes dans ses réalisations de grands formats, apprennent à se côtoyer intimement. Les lignes et les courbes se croisent dans une infinité de rendez-vous délinées sur la trame. L’artiste inscrit de ses gestes vigoureux, le destin de ces tracés. Son œuvre est une étoffe de sensations où les couleurs s’expriment ensemble dans une harmonie musicale. Elle utilise le coton, la laine, la soie...,des cordes tortueuses sous des mains d’habileté amoureuses. Les éléments qui structurent l'œuvre ne sont plus de l'ordre du relief mais de la surface et de la "platitude" de la texture et de sa mise en œuvre graphique et chromatique. Les graphismes semblent être inspirés par la calligraphie arabe mais qui n'atteignent jamais la plénitude de ses formes et de ses sens. Le recours à l'arabesque s'arrête aux portes du mouvement et se maintiennent au niveau d'un geste primaire de cercles de segments de droit de points de courbes qui pullulent et se multiplient en signes cabalistiques et en mouvements curviligne et très difficile en tapisserie. Houda est sincèrement comme l'a décrit Houcine Tlili : « Gardienne du temple d’un art qui se fait concrètement, mais qui traverse des heures difficiles. Elle défend un métier ardu enraciné dans la matière » Elle a eu beaucoup d'expositions personnelles et collectives, depuis 2003, en Tunisie, au Koweit, et à l'Alexandrie.