Oeuvre N° 42 consultée 135 fois

Ammar FARHAT (1911 - 1987)
  • Le jour de l'Aïd
  • Gouache sur papier
  • 50 x 24 cm (hors cadre)
  • 66 x 40cm (avec cadre)
  • Signé et daté 51 en bas à gauche. Provient de l'héritage d'une famille amie avec Farhat. Nouvellement encadrée.

Provenance
Héritage de famille

Visibilité - Livraison
  • L'oeuvre est visible au siège de Marsa Enchères au 12, rue Imam Abou Hanifa. 2070. La Marsa.
  • La livraison des oeuvres vendues se fait impérativement à notre siège PLAN DE SITUATION.

Biographie
Ammar FARHAT (1911 - 1987)
Artiste peintre de scènes typiques, figures, natures mortes. Il fait partie de l'Ecole de Tunis. Autodidacte, ce fut sans doute par imitation de peintures vues ici ou là qu'il entreprit un savoir-faire occidental. Empruntées peut-être à Braque, dans les visages de ses personnages on retrouve des traces de « faces-profils » (contour du profil souligné dans le visage vu de face). Il débute au Salon Tunisien en 1937, où il continua ses expositions jusqu'en 1979. Il participa aussi aux expositions de groupe de l'Ecole de Tunis. Sa première exposition personnelle eut lieu en 1940 à Tunis. En 1949, il fut nominé pour le Prix de la Jeune Peinture à Paris. En 1956-57, il voyagea en Suède. En 1981, il participa au Salon de La Marsa. En 1982 et 1983, il eut trois nouvelles expositions personnelles à Tunis, dont une au Théâtre Romain de Carthage. Son dessin est très simplifié, il dessine essentiellement en cernant les contours. Il sait tempérer la couleur, avec une prédilection méditerranéenne pour les couleurs du soleil, de la chaleur, jaunes, orangés, ocres et bruns. L'économie de ses moyens peut le faire rapprocher de la simplicité rustique d'un Mathieu Verdilhan. Il campe habilement ses personnages dans les attitudes de l'action en cours. En conteur sobre, il porte un regard affectueux sur les humbles, dont il traduit la noblesse. Il peut quelquefois atteindre à une vision épique, voire fantastique, cependant il peint surtout les petits métiers de la vie quotidienne traditionnelle : porte faix, porteurs d'eau, de pain, de jarres. De façon inattendue, il traite aussi des sujets très actuels : une jeune baigneuse en maillot sensuellement allongée sur le sable, devant la mer avec d'autres baigneurs. Il aime peindre de belles jeunes femmes dans leurs occupations familières, se penche aussi affectueusement sur les populations noires. Les natures mortes se font très peu dans ses œuvres. Amar Farhat s'est surtout intéressé avec un humour tendre aux classes populaires. Il est considéré comme un des peintres les plus importants de la Tunisie.
FIN D'ENCHÈRES HEURE TUNISIENNE
2018-04-29 18:03:00CET

Estimation: 16000 0 TND
ENCHÈRE ACTUELLE
0.000 TND
0.00 0.00 $

PRIX DE RÉSERVE NON ATTEINT

PLACER UNE ENCHÈRE MAXIMUM (AUTOMATIQUE) i
VOTRE ENCHÈRE DOIT ETRE AU MOINS 50 TND
CONFIRMER VOTRE ENCHÈRE Prix HT Frais 20% TVA 19% Prix TTC

HISTORIQUE (0 ENCHÈRES)

Tous les horaires sont en CET
Provenance
Héritage de famille

Visibilité - Livraison
  • L'oeuvre est visible au siège de Marsa Enchères au 12, rue Imam Abou Hanifa. 2070. La Marsa.
  • La livraison des oeuvres vendues se fait impérativement à notre siège PLAN DE SITUATION.

Biographie
Ammar FARHAT (1911 - 1987)
Artiste peintre de scènes typiques, figures, natures mortes. Il fait partie de l'Ecole de Tunis. Autodidacte, ce fut sans doute par imitation de peintures vues ici ou là qu'il entreprit un savoir-faire occidental. Empruntées peut-être à Braque, dans les visages de ses personnages on retrouve des traces de « faces-profils » (contour du profil souligné dans le visage vu de face). Il débute au Salon Tunisien en 1937, où il continua ses expositions jusqu'en 1979. Il participa aussi aux expositions de groupe de l'Ecole de Tunis. Sa première exposition personnelle eut lieu en 1940 à Tunis. En 1949, il fut nominé pour le Prix de la Jeune Peinture à Paris. En 1956-57, il voyagea en Suède. En 1981, il participa au Salon de La Marsa. En 1982 et 1983, il eut trois nouvelles expositions personnelles à Tunis, dont une au Théâtre Romain de Carthage. Son dessin est très simplifié, il dessine essentiellement en cernant les contours. Il sait tempérer la couleur, avec une prédilection méditerranéenne pour les couleurs du soleil, de la chaleur, jaunes, orangés, ocres et bruns. L'économie de ses moyens peut le faire rapprocher de la simplicité rustique d'un Mathieu Verdilhan. Il campe habilement ses personnages dans les attitudes de l'action en cours. En conteur sobre, il porte un regard affectueux sur les humbles, dont il traduit la noblesse. Il peut quelquefois atteindre à une vision épique, voire fantastique, cependant il peint surtout les petits métiers de la vie quotidienne traditionnelle : porte faix, porteurs d'eau, de pain, de jarres. De façon inattendue, il traite aussi des sujets très actuels : une jeune baigneuse en maillot sensuellement allongée sur le sable, devant la mer avec d'autres baigneurs. Il aime peindre de belles jeunes femmes dans leurs occupations familières, se penche aussi affectueusement sur les populations noires. Les natures mortes se font très peu dans ses œuvres. Amar Farhat s'est surtout intéressé avec un humour tendre aux classes populaires. Il est considéré comme un des peintres les plus importants de la Tunisie.